Après un long périple dans le désert nous approchons de Ouadane.Vue de la vieille ville à gauche.....

Comment avons nous fait ?Mystère car nous n'avons pas pris la piste officielle c'est à dire l'itinéraire que tout le monde (pour autant pas de risques d'embouteillage !) prend et où l'on suit "les traces" d'autres véhicules.Nous avons roulé sur du sable "vierge" et pourtant aucune hésitation bien que nous ayons fait des tours et détours pour éviter les passages les plus difficiles ou rapprocher quelqu'un pris en cours de route ,de sa destination.Pas de boussole ni de GPS dans le 4X4 mais la seule connaissance du désert par notre chauffeur!

Autre étonnement : le désert n'est pas aussi désert qu'on peut le penser : il y a des nomades ,des gens qui se déplacent .Là non plus pas la foule mais on rencontre régulièrement quelqu'un à pied qui va d'une oasis à l'autre .......

En arrivant à l'entrée des ruines de la vieille ville nous avons été assaillis par 2 ou 3 femmes exposant dans le marché des artisans.Les guides ont beau leur expliquer que leur harcèlement fait plutôt fuir (elle vont jusqu'à nous prendre par le bras pour nous tirer...) rien à faire.Il y a encore 2-3 ans elles avaient une place réservée dans les ruines.Mais si la plupart vendent normalement dans leur stand quelques une se sont montrées tellement insistantes qu'un endroit extérieur à la visite leur a été dévolu car elles finissaient par empêcher cette visite.Fatigués de la route nous refusons d'y aller le soir même et notre jeune guide (à peine 20 ans) leur promet que nous y retournerons le lendemain matin.

Plan de la vieille ville.La visite commence :

Ouadane fondée au 12ième siécle fut une ville extrêmement prospère car elle était bien située sur la route des caravanes et c'est dans cette ville que fut créée la première université du désert .C'est aussi ici que fut trouvé le plus vieux manuscrit de Mauritanie. Ouadane signifie " la cité des deux oueds " : l'oued du savoir et l'oued des dattes .

Elle a périclité vers la fin du 19ième siècle à la fois parce que le commerce déclina notamment avec les Portugais qui trouvèrent d'autres routes ,mais aussi à cause des termites et de la sècheresse grandissante qui fit que les habitants s'exilèrent.Depuis une dizaine d'année les habitants reviennent.

Notre jeune guide part d'un bon pas et nous devons gentiment lui expliquer que nous avons entre 40 et 50 ans de plus que lui pour qu'il commence à ralentir.Tout cela bien entendu avec le sourire ( et je pense que ce jeune homme a un bel avenir puisque l'une d'entre nous - non cette fois ci ce n'était pas moi! - ayant des problèmes avec ses genoux lors d'un passage délicat ,nous apprendrons bien plus tard qu'il avait discrètement ensuite téléphoné à nos chauffeurs pour qu'ils nous attendent au plus prés de la sortie .)

Vue sur quelques pièces (si mes souvenirs sont exacte il s'agit de la maison des pélerins ) Mais quand vous vouliez une maison il suffisait de demander au chef de la ville et tout le monde venait aider à la construire ( voilà une idée qu'elle serait bonne pour la loi DALO ;-)) ) Il y avait aussi deux mosquées. La plus ancienne construite au 12 ième siècle:

La plus récentedont la réhabilitation a commencé avec l'aide des portugais

L' école était trés importante.Les élèves qui venaient de loin étaient hébergés dans un dortoir.

Il y avait 2 portes dans la ville plus une troisième plus secrète que l'on empruntait quand les autre étaient fermées: il s'agit de celle que vous voyez ci dessous et par où nous sommes sortis :

Et nous repartons vers notre campement qui se situe dans la cour d'une maison traditionnelle d'un village ,à quelques kms de Ouadâne. Pas la peine d'en dire le nom (que de toute façon je ne connais pas! ) mais mahmoud a l'intention de changer de lieu d'accueil car tous ses clients se plaignent du mauvais entretien sans que pour autant rien ne change au fil des semaines :porte des wc qui ne ferment pas ,abatants cassés ,chasse d'eau en panne entre autres......Heureusement nous n'étions que 6 : les 4 "ACABAO" et 2 touristes français en 4X4 qui venaient de l'Indre et se dirigeaient vers le Mali ( il parait que c'est la mode)

La veillée fut par contre sympa et surtout intéressante puisque nos hôtes et nos chauffeurs-guides se mirent à discuter du désert Mauritanien : le Maroc et la Mauritanie se seraient mis d'accord en 1976 pour se partager ce désert (se serait ,d'après eux lié à une manipulation de l'Espagne qui à ce moment là se retirait de ce lieu )Mais l'Algérie qui était plus ou moins chef du Magrheb a été vexé de ne pas avoir été mise au courant.D'où la guerre et la création du Front Polisario qui veut l'indépendance de cette région.Du coup ,la Mauritanie ,qui n'a pas les moyens de faire cette guerre car son indépendance est récente et elle n'a pas d'armée, se retire.

Ceci est la traduction de nos guides.Mais apparemment la discussion en arabe semblait très vive et tous ne paraissaient pas d'accord.Dommage ils ne nous ont pas dit sur quoi portait leur désaccord ?

Bonne nuit