Après la résidence présidentielle et la maison Höfôi continuons notre petit tour urbanistique. D'autant que ce week-end est celui des architectes, je crois?
Mon plus grand regret est d'avoir été trop paresseuse (ou endormie) pour photographier les différentes représentations nationales dans la rue, surnommée, des ambassades.
De la petite masure au grand palais, et du plus sobre au plus kitch chaque pays s'est choisi une façade dont la représentation ne correspond pas toujours à l'importance géo politique que je croyais leur être du.
Ou pour parler simplement: certains pètent plus haut que leur cul alors que d'autres se la jouent trop modestes pour être honnêtes! En fait je croyais que je retrouverais facilement ces photos d'ambassades sur internet; et en réalité je n'en ai découvertes, à grande peine, seulement deux:


Celle du Danemark, sobre, même si la terrasse lui donne un petit air marocain (je n'engage que moi sur cette impression!)

Et coup de chance, celle de la France qui n'a pas vraiment changée entre 1955 et 2013.
Hélas pour le fun, vous échappez au pire d'entre elles ...

Après ce préambule, entrons maintenant dans le sujet:

Le premier bâtiment qui a attiré mon attention en arrivant fut celui vu de ma chambre.
Quand avant de partir j'avais cherché à quoi ressemblait mon hôtel, j'avais découvert que certaines chambre "solo" n'avaient pas de vue extérieure, mais seulement une vague ouverture sur le couloir.
Même si pour 4 nuits ce n'était pas trop grave je fus quand même plus qu'heureuse de découvrir ce magnifique paysage de ma fenêtre:


Vue sur l'océan! Le rêve...

J'ai aussi vite été intriguée par l'immeuble apparemment transparent qui me faisait face.
En fait non: ne sont transparents que les lieux de passage et le milieu est bien au centre du bâtiment:


Par contre, un peu difficile à distinguer ci-dessus, au deuxième étage à gauche les ombres en train de discuter sont un homme et une femme. Il se trouve que ce lieu semble aussi servir de fumoir et que je voyais régulièrement des gens s'arrêter et converser. Il m'a fallut un moment pour prendre conscience que les deux premiers cités étaient en fait des mannequins, plus bavards que moi car ils étaient  en grande conversation jour et nuit.

Mon hôtel étant limitrophe de la ville, lorsque j'allais au centre, je partais du quartier le plus moderne, via  l'entre-deux, avant d'arriver à mon but:



Plus on est loin du centre plus les immeubles sont élevés...Cela reste cependant très raisonnable! ReykjaviK est une petite ville.




Le grand et le petit, l'ancien et le moderne commencent à se mélanger.
D'accord il est parfois un peu ardu de me suivre via mes photos, car je les prends parfois avant de passer, et parfois après être passée...


Nous allons bientôt arriver en ville.


Direction le port


Via une autre route, une série de petites maisons traditionnelles


Et nous voici au centre ville:



Et c'est parti pour la visite de Reykjavik ...

Mais, avant, il faut que je vous précise que ma théorie (illustrée) des immeubles qui rapetissent au fur et à mesure que nous approchons de la ville est valable pour le trajet entre mon hôtel et le centre; il me semble avoir aperçu du côté du port des bâtiments neufs qui pourraient bien aller à l'encontre de ce que je viens de vous démontrer?